À Kyoto, ville historique des geishas, les femmes modernes ont hérité du raffinement et de la sophistication de ces figures mythiques. Une beauté japonaise qui s’exprime tant par la tenue vestimentaire, que par le maquillage et la coiffure. Zoom sur une coiffure faite pour porter avec un kimono.

Traditionnellement, le chignon était la coiffure des geishas. Accessoirisé de peignes en nacre ou d’une étoffe discrète, il était orné de fleurs en soie aux couleurs vives, pendant du haut de la tête jusqu’au côté du menton pour les jeunes apprenties geisha, appelées maiko. Près de deux siècles plus tard, cette coiffure délicate fascine toujours les habitantes de Kyoto qui aiment l’accorder au kimono à l’occasion de cérémonies. Mais ce chignon doit être irréprochable (au temps des geisha, il devait durer une semaine) et donc réalisé par un professionnel. Ainsi, certains salons de coiffure le proposent, comme Purée de fleurs, situé dans un charmant quartier au nord-est de Kyoto. Outre les dernières tendances de cheveux bouclés avec un effet natural waves et les couleurs cuivrées dont raffolent les japonaises, Purée de fleurs s’est aussi fait un nom grâce à ses coiffures typiques.

 

Nous sommes allés à la rencontre de cette institution de la coiffure nippone.

La cliente que nous avons suivie désirait un chignon traditionnel légèrement twisté.

Technique de fabrication :

Après avoir séparé les cheveux en différentes grosses parties, on attache les mèches en les refermant l’une sur l’autre vers l’arrière.
Puis la tresse, très à la mode, est réalisée sur le côté.
Un fer à lisser est alors utilisé pour donner un effet ondulé aux mèches qu’elle rentrera alors dans la coiffure réalisée.
Dernière étape, le coiffeur pose une fleur pour décorer la coiffure et la maintenir.
Un spray de laque pour fixer le tout et le tour est joué !

 

Olivier Renchon